• Christine Deschênes

Naître en conscience grâce au Yoga

« La manifestation de la Lumière est en notre centre ; c’est par notre centre que nous nous connectons à l’univers. L’attente menant à la naissance, de la gestation à la latence, permet d’ouvrir la connexion à l’univers, et à mettre en place les paramètres nécessaires à l’éclosion du taux vibratoire requis pour donner naissance en conscience. L’arrivée sur terre de l’âme devrait se vivre dans un moment de conscience suprême. Voilà une raison pour laquelle il est nécessaire de prendre des temps d’arrêt et de ralentir le rythme pendant la période de gestation. » Adama*


La dimension divine habitant chaque être vivant est à la source même du phénomène de reproduction. Là où la magie opère, la dimension divine est inévitablement impliquée et rend possible l’impossible, l’invisible à l’œil nu et l’intangible. Bienvenue sur terre!


Lorsqu’un chêne crée un gland, il ne sait pas si celui-ci deviendra un jour un arbre comme lui. Pour que cela se produise, des conditions gagnantes doivent être réunies. Nous sommes tel le gland qui se détache de l’arbre, nous détenons tout le potentiel nécessaire à notre expansion, pourtant, tous n’atteindront pas cette joie. Bien que le gland soit semé et obtienne une condition favorable pour s’épanouir lors de la maternité, cela ne garantit pas que les autres conditions nécessaires à son éclosion soient réunies. Par contre, il est indéniable que cela active un processus de mise en branle vers une évolution de notre Être. À nous de saisir cette opportunité comme un tremplin nous permettant l’atteinte de ce plein potentiel...


La Kundalini


C’est la Kundalini (puissante énergie spirituelle lovée dans la base de la colonne vertébrale) qui permet la reprogrammation de l’ADN quantique comme un vent balayant les anciennes programmations. La Kundalini permet l’évolution de l’ÊTRE sur tous les plans et est directement reliée au souffle.



Lors de la grossesse : la force de la Kundalini est amplifiée et c’est ce qui permet à la femme enceinte d’évoluer rapidement, parfois même, de mettre fin soudainement à certains « patterns ». La vibration du fœtus vient augmenter celle de la mère ce qui active la Kundalini chez cette dernière de façon naturelle sans qu’elle ait à fournir d’effort. Lorsque amplifiée avec la pratique du Raja Yoga (yoga basé sur les Yoga Sūtra de Patañjali): les possibilités sont infinies face à la reprogrammation de l’ADN. S’ouvre alors le champ des possibles et un passage entre différents plans de conscience que la mère peut choisir de suivre ou non selon les besoins et désirs de son âme et de son humain.


Ce passage, lorsqu’il est suivi, amène la résilience face aux événements passés, présents et futurs; comme si soudainement le mental intégrait à son schéma de pensées que le temps n’existe pas et que seuls le moment présent ainsi que la connexion à la Lumière comptaient. L’attention consciente se focalise sur la magie et l’ombre recouvre tout ce qui n’en est pas. Mais attention, la maternité amène une nouvelle ère de changements et de transformations jusqu’à deux ans après la naissance, ensuite : le passage se referme et l’Être continue son cheminement d’une autre façon tout aussi valable, mais nécessitant souvent un effort soutenu plutôt qu’un changement se manifestant naturellement. L’attention vers la conscience devient plus que nécessaire à la fin de cette période afin que le mental ne reprenne pas le contrôle au quotidien et nous éloigne du chemin entamé.



Le Prāṇayāma et la méditation


Le mental crée un filtre limitant l’accès à la Lumière. Le Prāṇayāma permet la cessation des pensées automatiques et nous reconnecte à notre centre, capteur de cette Lumière. (Prāṇayāma est la discipline du souffle au travers de la connaissance et le contrôle du prāṇa, énergie vitale universelle.) Les exercices de respiration devraient faire partie prenante de toute forme de préparation à la naissance. Nulle femme ne peut se laisser emporter sereinement par le vortex de la naissance sans un ancrage par la respiration. Comme un arbre qui subit les humeurs du vent: le tronc se laisse bercer par la force de la nature, mais il tient en place face à cette adversité grâce à ses racines bien ancrées au sol qui le gardent solide et inébranlable dans les profondeurs. Malgré toute l’intensité du processus de naissance, la femme reste ancrée, sereine et solide dans les profondeurs de son Être grâce au souffle qui lui permet de lever le voile du mental et la connecte à son centre. C’est-à-dire, à la force de vie inépuisable qui se trouve en chacun de nous, à la force que nous confère notre connexion à l’univers.


La Lumière, alliée du feu, transfère la force vitale dans le chakra sacré, de même qu’elle permet la cessation du combat intérieur auquel se livre la future maman pendant le travail. C’est à ce moment qu’une transe hypnotique se manifeste et permet à la femme de se sentir en contrôle de la situation. L’impermanence de la situation ne doit pas être l’objet de sa méditation, son regard interne devrait plutôt se diriger vers l’acceptation du moment présent en soi. Cette acceptation mènera à un relâchement physique complet permettant au processus de naissance de s’exprimer pleinement sans contraintes et sans ralentissement, comme le permet parfois artificiellement la péridurale, mais à la différence que la maman entraîne ici son enfant à naître dans le même état d’acceptation et de lâchez-prise, ce qui le tiendra lui aussi loin des souffrances possibles d’une naissance sans conscience activée.


La méditation deviendra elle aussi nécessaire pendant la période périnatale pour mettre en place les paramètres de réussite vers l’éveil spirituel. Tous les types de méditations seront utiles, particulièrement ceux nécessitant l’attention au souffle, le souffle étant l’essence même de ce qui nous amène à cheminer dans la bonne direction sur le chemin menant à la conscience. La méditation a pour but d’arrêter la pensée automatique pour la remplacer par un état de vide nourrissant permettant d’accéder à plus grand que soi. Elle permet aussi d’être à l’écoute et d’ouvrir un dialogue intérieur avec l’âme en processus d’incarnation, celle de l’enfant à venir. Mantras, sons, visualisation, pratique de mise au monde : toutes ses techniques devront parsemer le quotidien de la future mère. Une fois ouvert, ce dialogue pourra prendre plusieurs formes. L’une d’elle étant de passer par le ressenti pour recevoir l’information désirée. Afin de laisser l’espace disponible à la réception du clair-ressenti, il est parfois nécessaire de créer cet espace en se libérant de nos propres messages corporels et de passer par le mouvement pour libérer le corps et se placer en position d’écoute.


Les Asanas


La pratique d’Asanas (postures de yoga) outille le corps à se mettre en position d’écoute

interne en plus d’agir directement sur la Kundalini . Sur le plan physique : elles préparent le corps et le rend plus réceptif à toutes les étapes menant à la naissance.



La pratique de postures de Yoga agit directement sur la musculature, les ligaments, les organes et toutes les structures internes du corps humain. Elle affecte aussi le système hormonal, déjà très sollicité par le processus de la maternité, et lui amène un équilibre moins précaire. Génératrice de bien-être, source d’énergie et offrant un soulagement à plusieurs inconforts reliés à la grossesse, elles doivent faire partie intégrante de la préparation à la naissance de toute femme. Les Asanas seront, de plus, fort utiles lors de l’accouchement.


Que vous en soyez à vos premières expériences de pratique d’Asanas ou une yogi expérimentée, la multitude de possibilités qu’elles offrent vous permettra de trouver chaussure à vos pieds et d’obtenir, sur tous les plans de l’Être, les bénéfices souhaités. Et ce, peu importe que l’énergie soit au rendez-vous ou non. Certaines préféreront une forme plus douce d’enchaînement, alors que d’autres choisiront une version plus active tout au long de la grossesse… Il importe ici de respecter ses limites et ses besoins, ceux-ci variant énormément d’une femme à l’autre. Sortir de ses limites pourrait faire obstacle au processus d’expansion de la conscience mis en place avec la maternité. Tout doit s’accorder au rythme intérieur de la femme enceinte et le respecter. La période de gestation devrait être le moment de s’accorder aux demandes profondes de votre Être dans toutes ses dimensions.



Pour conclure


La femme et l’enfant peuvent se retrouver et se soutenir mutuellement en maintenant la connexion les unissant. Main dans la main, dans un autre plan, ils devront travailler ensemble pour augmenter leur niveau de conscience mutuelle. Cela leur permettra d’augmenter aussi de façon simultanée leur taux vibratoire respectif et ainsi devenir complètement inébranlables à la tempête ressentie dans leur corps physique lors de l’accouchement. Comme s’ils se munissaient l’un l’autre d’un énorme parapluie leur permettant de se maintenir au sec en plein déluge.





La conscience multidimensionnelle nous équipe et nous permet de faire face à n’importe quelles intempéries rencontrées. Sans la peur et l’abattement que d’autres laissent prendre toute la place lors de l’accouchement, la naissance vécue de façon naturelle devient une expérience positive en plus d’être un moment propice à l’apprentissage de qui nous sommes vraiment.


Rencontrer son enfant lors d’une naissance naturelle, c’est aussi se rencontrer soi-même. Il suffit de rencontrer l’autre pour réaliser que nous ne sommes finalement qu’un, même une fois séparée de corps. Nous sommes des Êtres inter-reliés et interconnectés par notre centre, ce qui fait qu’une partie de chacun(e)s vit en nous. La maternité nous permet d’expérimenter cette réalité de façon unique : tout est dans tout.


*Lors d’une méditation j’ai reçu ce message d’Adama. Elle s’est présentée à moi comme étant la mère de l’humanité et m’a annoncé se joindre à moi dans ma nouvelle mission de messagère de la Lumière. Selon elle, le 11/11/19, des portes s’ouvriraient pour moi (et pour beaucoup d’autres), afin que je chemine vers cette mission pleinement entourée de Lumière et sans contrainte. Je peux aujourd’hui vous confirmer que j’ai senti cette transition. Grâce à ce changement et cette nouvelle ouverture, j’ai décidé de ne pas me censurer et de vous partager cette belle nouvelle. Mais qui est donc Adama? Pour ma part, je n’avais jamais entendu parler d’elle. Plusieurs jours après la captation de sa présence, j’ai fait quelques recherches pour voir s’il existait des écrits à son sujet. Est-ce que d’autres avaient canalisé son énergie et ses paroles? Je ne fus pas surprise de réaliser que oui, Adama accomplit sa mission d’accompagnement depuis un certain temps. Vous pourrez d’ailleurs vous-même aller faire quelques recherches sur qui elle est, mais en préambule au texte qui suit, voici la façon dont elle aimerait être présentée :


Adama est la mère spirituelle de tous les enfants nés dans l’ère de Sirius. Une ère où l’humanité entrera entièrement dans la cinquième dimension et une ère multidimensionnelle sur tous les plans. Les âmes (Être) de Sirius viennent nous aider à élever la conscience terrestre. L’Être humain tel qu’on le connait sera contraint de disparaître. L’éveil viendra à bout de ceux qui le combattent et Adama s’offre de nous accompagner vers cet éveil imminent.


Ce texte, que je vous livre sans prétention, a été écrit en sa présence.


Namasté,

Christine


www.maternia.ca



© 2018 Par Christine Deschênes - Tous droits réservés                 maternia.ca                                                                                       

  • Facebook - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle