• Christine Deschênes

La puissance de l'univers dans le processus de naissance

Je suis remplie de gratitude ce matin, alors que j’ai la chance une fois de plus d’être témoin de la puissance de l’univers qui accompagne chaque femme lorsqu’elle s’y connecte.


Je suis au chalet seule pour trois jours de congé. Pour m’y rendre, j’ai marché 7,5 km avec crampons et bagages. Un moment magnifique en soi! Tout au long de cette randonnée, le nom d’une cliente me vient en tête. Chaque fois que je le chasse et me répète que je suis en vacances: il revient.



C’est le nom de la dernière cliente que j’ai vu lundi avant mes vacances. Je l’ai prise en urgence parce qu’elle ne peut attendre mon retour de congé qui débute le lendemain matin.


Cette cliente aimerait enfanter naturellement, mais elle a accouché précédemment par césarienne. Il s’agit d’un avac et le temps presse. Si le travail ne débute pas de lui même avant, une césarienne est prévue ce jeudi. Elle est dans tout ses états. Elle aimerait avoir la chance d’essayer de vivre son accouchement comme elle le désire. Pour elle, ne pas essayer serait pire que de ne pas réussir.




Lundi, suite à notre rencontre, elle repart avec un sac rempli de produits naturopathiques, des huiles essentielles, une liste de trucs à mettre en action, et avec deux doses d’homéopathie. Je prends aussi le temps de lui enseigner des points de pression situés au sacrum reconnus pour activer les contractions et les rendre plus efficaces une fois présentes. Je lui dis alors: si même avec tout ça il ne se passe rien d’ici mercredi, je te propose de prendre la deuxième dose d’homéopathie restante et de m’écrire. (Je sais que je serai en congé, mais j’ai le sentiment qu’elle aura besoin de plus...).


C’est une cliente régulière que je vois en massothérapie depuis plus de deux ans. Lors de son dernier massage, j’ai discuté en douce avec bébé. Il est prêt à naître et est ok pour que je tente de leurs donner un coup de pouce en vu de l’accouchement. C’est sur maman que je dois maintenant mettre mes énergies afin que le travail débute malgré le fait que nous sommes encore bien avant la date prévue d’accouchement...

Rendue au chalet: il fait froid. Je fais un feu et m’installe devant avec mon dîner. Je médite alors sur ce que je vais faire de mes trois journées seule ici au bout du monde... Dans ma tête, le nom de ma cliente revient. Cette fois, je prends le temps d’aller voir en moi pourquoi. La réponse est la suivante: c’est maintenant! Je dois travailler énergiquement à distance pour l’aider à ce que son souhait se réalise.


Je lui écris d’abord pour lui demander la permission et je croise les doigts pour qu’elle accepte. C’est tellement fort en moi et ça semble tellement important... Je lui dis qu’il n’y a pas de frais pour ce travail. Puisqu’elle ne m’a rien demandé, je ne me sens pas à l’aise de lui faire payer... Tout ce que je lui demande c’est de s’installer confortablement et d’observer son ressenti. Nous prévoyons le soin pour 15h30.




Entre-temps, je fais mon petit rituel et j’installe un hôtel d’intentions avec ce qui est à ma portée. Il neige. Je parle avec Monsieur le grand Pin. Je lui demande son aide et je me connecte à sa puissance et sa sagesse. J’ai aussi la force du feu avec moi.

Le soin débute. Je laisse le travail se faire seul. Je ne suis que témoin de ce qui se trame dans l’invisible. Le vortex de la naissance s’ouvre. Bébé s’y installe au centre pour y descendre entouré de sa famille de lumière. Lorsque cela se produit, je sais que nos demandes à l’univers ont été entendues. C’est bon signe...


Je promets à bébé qu’une partie de moi va l’accompagner dans son processus d’incarnation. Il ne sera pas seul de ce côté du monde.


J’ai offert trente minutes de mon temps pour être témoin de cette magie. Je crois ressortir gagnante de cet échange. Merci la vie.


Le soin est terminé. J’ai soudain la certitude que ma cliente doit devancer la dose d’homéopathie que je lui ai remise pour le lendemain. Je lui écris pour lui proposer de la prendre immédiatement et pour recueillir ses commentaires. Elle me répond qu’au moment exact ou j’ai terminé le soin: bébé s’est mis à bouger de façon intense et soudaine. Elle se sent bien et calme. Je lui propose de profiter du calme pour se reposer et de par la suite , de stimuler les points de pressions que je lui ai montrés la veille pour activer la venue des contractions.


Elle me demande en suite ce qu’elle devrait ressentir dans les prochaines heures. Je lui réponds que je ne sais pas pour les prochaines heures et ajoute ceci: je crois seulement que si ton travail a à se déclencher naturellement, ce sera dans les prochaines heures. Souvent, au coucher du soleil, les contractions s’activent, s’intensifient avec la pénombre et continuent dans la nuit. J’ajoute que son bébé est ok si ce n’est pas le cas. Que le vortex de naissance est placé et que bébé a commencé à y descendre.





Que ce soit une naissance au naturel ou par césarienne, bébé sait que ça s’en vient et il est ok. Voilà ce qui était important de placer dans l’énergie aujourd’hui. Je termine en lui souhaitant « Bonne chance » et en lui demandant de me tenir au courant de la suite des choses...


Je dors comme une buche: couchée à 22h et levée à 9h30! Bien entendu, j’ai eu quelques réveils nécessaires pour alimenter le feu...


À 9h45 je prends mon téléphone pour dire bon matin à mon chéri et lui dire que tout va bien. Le réseau cellulaire est très mauvais au chalet et il peut parfois être difficile de communiquer, ce qui fait que lorsqu’il m’écrit je ne reçois pas toujours ses messages à moins d’être à un endroit stratégique téléphone en main! Pour les appels: on oublie ça!

Donc, téléphone en main dans mon coin de réception, j’attends sa réponse. C’est plutôt un message de ma cliente qui rentre. 9h48. Elle me donne les nouvelles du jour! Après avoir eu des contractions toute la nuit, elle et son conjoint se sont rendus à l’hôpital à 5h30 ce matin. Elle y est depuis et le travaille progresse bien.

C’est pas de la MAGIE ça!!!




Ce matin, pas de petite neige , seulement un beau soleil et un ciel bleu rempli de lumière. Par la galerie du chalet: je le vois fier de lui qui me fait un clin d’œil dans la lumière du jour et le froid de l’hiver. Monsieur grand pin en a vu d’autres...


Moi aussi pourtant, mais je crois que je ne cesserai jamais de m’incliner en gratitude pour tous ces moments puissants et magiques desquels j’ai le bonheur et la chance d’être un témoin privilégié.



Travailler en vacances? Pour vivre cette magie encore et encore: n’importe quand!!!






Vous êtes curieux\ curieuse de connaître la suite de cette belle histoire?


Le lendemain matin, même rituel: je vais écrire un mot à mon chéri pour le rassurer et lui dire que je vais bien dans ma retraite au fond des bois. J’ouvre mon téléphone et le premier message qui apparaît me remplit encore plus de gratitude et d’amour pour l’univers.


Ma cliente a donné naissance naturellement hier. AVAC réussit!!!


Pas besoin de vous dire que je suis fière d’elle. Fière qu’elle ait écouté sa petite voix intérieure alors que son obstétricien lui prédisait des chances nulles de réussite pour cette AVAC et lui vendait les bienfaits d’une césarienne planifiée.(Grossesse trop rapprochée, bébé trop gros, etc...)


Notre sagesse intérieure est toujours la voix à écouter dans nos prises de décisions.

Vous seules savez le chemin à suivre puisque c’est le votre.


L’enfantement en puissance et en conscience est la voie à suivre!


Pas besoin de vous dire que bébé est lui aussi fier et heureux du déroulement de l’accouchement. Il a été témoin du courage de sa maman. Il me l’a dit à l’oreille tout souriant ce matin.


Gratitude x1000


Christine Deschênes

Maternia

Posts récents

Voir tout

© 2018 Par Christine Deschênes - Tous droits réservés                 maternia.ca                                                                                       

  • Facebook - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle